Newsletter

Vous êtes ici

Santé

30 - 05 - 2017

Une maladie dont on ne parle jamais

L’incontinence anale touche sévèrement et durablement 4 à 5% des jeunes femmes après accouchement, les muscles du sphincter perdant en partie leur capacité à se contracter.

Des chercheurs de l’Inserm ont mis au point chez le rat une thérapie cellulaire à partir de cellules souches musculaires prélevées sur l’animal. Ces cellules injectées localement ont produit des cellules musculaires et permis une récupération de la fonction sphinctérienne.

Un essai clinique réalisé ensuite au CHU de Rouen sur des patientes, a montré après un an une efficacité de 60% de cette thérapie cellulaire. Elle pourrait être amenée à remplacer les méthodes actuelles très contraignantes.