Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche fondamentale, Santé

23 - 02 - 2018

Une alimentation faible en calories améliore la régénération en stimulant des cellules souches de réserve

Des chercheurs ont montré qu’une alimentation pauvre en calories favorisait la régénération intestinale après irradiation chez la souris en stimulant un type particulier de cellules souches.

 

Des études menées sur des animaux ont montré qu’une restriction calorique alimentaire favorisait la durée de vie et la qualité du vieillissement ainsi que la régénération tissulaire après une lésion. On sait aussi qu’une courte mise à jeun avant chimiothérapie diminue la sévérité des atteintes gastro-intestinales.

 

Mais on ne sait pas par quel mécanisme cet effet bénéfique de la restriction calorique fonctionne.

 

Des chercheurs ont tenté de trouver la réponse sur un modèle de régénération tissulaire après irradiation chez la souris.

 

Ils ont découvert sur ce modèle que dans l’intestin touché par une irradiation, une catégorie de cellules souches nommées cellules souches de réserve survivait et reconstruisait le tissu.

 

 

 

 

Contrairement aux cellules souches classiques que l’activité permanente de renouvellement du tissu intestinal rend sensibles à l’irradiation, les cellules souches de réserve sont en dormance et ainsi protégées des rayons. En cas d’atteinte sévère des tissus, ces cellules se réveillent.

 

Mais ces cellules sont rares : moins d’une cellule sur 200 de l’épithélium intestinal. Or les chercheurs ont découvert que chez la souris une restriction calorique de 40% multipliait par cinq le nombre de ces cellules. Ceci expliquerait l’effet bénéfique de la diète sur la régénération tissulaire.

 

Une analyse génétique de ce modèle n’a pour le moment pas permis de comprendre les mécanismes moléculaires qui dirigent ces évènements, mais les chercheurs poursuivent leurs études dans le but de trouver des substances qui pourraient stimuler la régénération tissulaire comme le fait la restriction calorique.