Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche animale, Santé

10 - 06 - 2016

Un nouveau traitement contre le VIH ?

Fini le contrôle à court terme du Sida ! La molécule 3BNC117 promet aux patients une vie plus longue, puisqu'elle empêche le VIH (le virus à l’origine) d’infecter et de détruire les cellules immunitaires CD4.

   L’infection par le VIH menait autrefois à une mort certaine. Aujourd’hui, les individus qui en sont atteints peuvent suivre une thérapie qui allonge leur espérance de vie, mais entraîne des problèmes rénaux et gastro-intestinaux, une diminution de la densité osseuse… et nécessite en plus la prise assidue et permanente d’un traitement au risque de voir le virus reprendre de la vigueur. Pour pallier ces limites, des chercheurs des Universités Rockfeller et de Cologne ont développé un nouveau traitement à base d’anticorps. Ce dernier, testé avec succès chez des souris et des primates non humains, a ensuite passé la phase 1 de l’étude clinique avec brio : il a démontré un meilleur contrôle du virus sur le long terme, en améliorant le système immunitaire de 14 patients sur 15 (douze autres ayant suivi la thérapie antirétrovirale habituelle). Till Schoofs, un des chercheurs, a d’ailleurs expliqué : « L’étude prouve qu’une simple dose de cet anticorps stimule la réponse immune des patients, les rendant ainsi capables de produire de nouveaux et meilleurs anticorps contre le virus. »  Cet anticorps miracle est la molécule 3BNC117. Connu pour sa capacité à neutraliser de nombreuses souches du VIH, il empêche le virus d’infecter et de détruire les cellules immunitaires CD4. Grâce à lui, les individus observés ont vu leur nombre d’anticorps efficaces contre le VIH augmenter sur une période de six mois. Un résultat incroyable d’après le chercheur, vu que « leur production prend normalement des années à démarrer ». C’est donc une belle avancée que l’équipe souhaite améliorer en combinant 3BNC117 à d’autres anticorps.  * VIH : virus de l'immunodéficience humaine