Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche fondamentale, Santé

19 - 12 - 2017

Stimulation de la mémoire chez le patient par une méthode mise au point chez le rongeur

On vient de montrer pour la première fois chez le patient que la stimulation électrique d’une région du cerveau pouvait augmenter la mise en mémoire.

 

On sait que les émotions ressenties au moment d’évènements augmentent fortement leur mémorisation. On a démontré chez le rongeur que ceci était dû à l’activité de l’amygdale, une partie du cerveau essentielle aux réponses émotionnelles et associée à plusieurs structures liées à la mémoire.

 

 

 

Des études menées à l’aide d’électrodes profondes intracérébrales ont montré chez le rongeur qu’une stimulation électrique de l’amygdale de l’ordre du milliampère augmentait la capacité à mémoriser des images.

 

Les chercheurs ont mené une étude tout à fait comparable chez quatorze patients atteints d’épilepsie et disposant d’électrodes intracérébrales profondes : une stimulation électrique était ou non provoquée une seconde après la présentation d’une image et la mise en mémoire de 160 images avec ou sans stimulation a été testée.

 

Les mêmes résultats ont été observés que chez le rongeur : la mémorisation des images après 24 heures était très augmentée suite à la stimulation électrique chez onze des quatorze patients. De plus l’effet était plus marqué chez ceux qui présentaient un déficit mémoriel.

 

Maintenant qu’on sait qu’il est possible d’accroître à la demande la capacité de mémorisation, il est envisageable d’intégrer la méthode au traitement de personnes atteintes de troubles mémoriels d’origine variée.