Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Santé

12 - 06 - 2018

Réparer les atteintes de la moëlle épinière

Un hydrogel recrée chez le rat le contrôle de la respiration après une atteinte de la moelle épinière

_________________________________

La perte de l’autonomie respiratoire est une des conséquences les plus graves des traumatismes au niveau du cou (accident de la circulation, accident sportif). Elle impose le recours à vie à la respiration assistée.

 

Des chercheurs ont fait l’hypothèse que le BDNF, un facteur neurostimulant naturel, pouvait réparer les connexions nerveuses qui contrôlent l’activité du diaphragme et donc la respiration.

 

Mais il faut pour cela que cette substance soit administrée localement, à une concentration et pendant une durée définies sous peine d’inefficacité ou d’effets secondaires rédhibitoires. Dans ce but ils ont mis au point un hydrogel destiné à être administré par voie intrathécale, c’est-à-dire au contact de la moelle épinière.

 

Pour valider l’efficacité de cet hydrogel, ils ont utilisé un modèle de lésion médullaire chez le rat qui entraine une atteinte de la fonction respiratoire.

 

L’administration de l’hydrogel sur ces animaux a permis un très bon maintien de l’activité du diaphragme et donc de la respiration.

 

Un examen des tissus a montré que l’hydrogel :

      - préserve la connexion des muscles du diaphragme avec les motoneurones

      - favorise la réparation de la connexion de la moëlle avec le centre du contrôle de la respiration du cerveau.

 

 

 

Cette étude a donc montré que sur modèle animal, l’administration locale de BDNF en hydrogel permettait de préserver la fonction respiratoire suite à une atteinte médullaire. Elle a aussi permis de préciser le mode d’action de cet hydrogel.

 

D’autres études vont être entreprises pour préparer l’utilisation de cet hydrogel chez le patient.

 

https://www.eurekalert.org/pub_releases/2018-06/tju-ahr060518.php

http://www.jneurosci.org/content/early/2018/06/11/JNEUROSCI.3084-17.2018