Newsletter

Vous êtes ici

Recherche animale

01 - 12 - 2016

Quel avenir pour les primates génétiquement modifiés en recherche ?

L’évolution de l’ingénierie génétique ouvre la voie à de nouvelles possibilités de reproduire chez le primate (macaque, marmouset) des maladies humaines. On cite l’autisme, la maladie de Huntington, le syndrome de Rett, la dystrophie musculaire de Duchenne ou la maladie de Parkinson. La proximité génétique de ces animaux avec l’humain, pourrait rendre ces modèles plus prédictifs que les modèles rongeurs.

Cependant il ne faut sans doute pas s’attendre à une explosion du nombre de ces modèles prometteurs car leur mise au point et leur validation demandera du temps. En effet la maturité d’un macaque demande des années (celle d’une souris demande des semaines) et les maladies visées ont pour la plupart une évolution lente.