Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Santé

18 - 06 - 2018

Protéger des conséquences de la cirrhose du foie

L’aleglitazar donne des résultats encourageants pour le traitement des complications liées à la cirrhose du foie sur un modèle rat.

_________________________

La plupart des complications médicales associées à la cirrhose du foie proviennent de l’hypertension de la veine qui alimente le foie à partir de l’appareil digestif : la veine porte. Le foie, l’intestin et la rate subissent les conséquences de cette hypertension.

 

Les anti-hypertenseurs bêtabloqueurs sont très utilisés pour traiter cette hypertension mais ils ont une efficacité limitée et entrainent des effets secondaires.

 

Des chercheurs ont étudié sur un modèle de cirrhose chez le rat, l’effet de l’aleglitazar, un agoniste PPARa/y qui peut potentiellement agir sur le foie, l’intestin et la rate.

 

Ils ont administré le produit aux animaux pendant vingt-et-un jours. Ils ont observé :

             - au niveau du foie la suppression de la fibrogénèse et de l’angiogénèse et une disparition de la réponse vasoconstrictrice

             - au niveau de la rate une réduction de la néoangiogénèse, de la vasodilatation et des shunts veineux

             - au niveau de l’intestin une diminution des lésions de la muqueuse intestinale et de l’hyperperméabilité.

 

 

 

Ces résultats peuvent être attribués à l’activité anti-inflammatoire de l’aleglitazar et à son action anti-TNF alpha.

Ils encouragent à l’évaluation de ce produit dans le traitement des complications liées à la cirrhose hépatique chez le patient.

 

https://www.eurekalert.org/pub_releases/2018-06/e-rfa061318.php