Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Recherche Animale. Recevez une fois par mois un sujet d'actualité détaillé.

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche animale, Recherche fondamentale

09 - 07 - 2018

Notre évolution est influencée par les transferts de gènes entre espèces

Une étude réalisée sur plusieurs centaines de génomes d’espèces animales montre l’importance du transfert de gènes entre espèces et pourrait expliquer l’expansion rapide des mammifères vivipares.

______________________________________

Le génome d’un individu est transmis essentiellement par deux parents d’une même espèce. Mais il existe une catégorie de fragments d’ADN appelée « gènes sauteurs » qui a la capacité de s’autoreproduire dans un génome et de se transférer dans le génome d’une autre espèce.

 

Des chercheurs ont étudié l’influence des gènes sauteurs sur l’évolution des espèces. Pour cela, ils en ont choisi deux nommés L1 et BovB qui sont les plus répandus chez les mammifères, et ont recherché leur présence dans le génome de 759 espèces de champignons, plantes et animaux.

 

Ils ont découvert que :

             -  les gènes sauteurs entrent dans le génome d’une espèce puis s’y multiplient

             -  L1 est retrouvé dans tous les groupes vivants étudiés, BovB uniquement chez les animaux

             - L1 et BovB sont présents dans des espèces animales primitives (oursins, étoiles de mer) avant de gagner les vertébrés marins et terrestres

             - les animaux suceurs de sang (punaise, sangsue) transfèrent très probablement des gènes sauteurs

             - la chauve-souris est un réservoir de gènes sauteurs qui résiste à leur insertion dans son génome

             - les transferts se font plus facilement entre espèces génétiquement proches

             - les mammifères paraissent sensibles à la multiplication des gènes sauteurs

             - le gène L1 a probablement facilité la rapide spéciation des mammifères vivipares.

 

 

 

 

Au-delà de son intérêt scientifique, cette étude montre la communauté des espèces vivantes y compris au niveau du génome et la nécessité d’étudier l’ensemble du vivant pour comprendre l’humain.

 

https://genomebiology.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13059-018-1456-7

https://www.eurekalert.org/pub_releases/2018-07/uoa-cst070618.php