Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche animale, Santé

07 - 07 - 2016

Mieux protéger le bébé, grâce à l’anguille

Une nouvelle méthode a permis à des chercheurs japonais de détecter plus précisément la bilirubine toxique chez le nouveau-né, une substance chimique à l’origine de la jaunisse* et, parfois, d'handicaps neurologiques. EXPLICATIONS.

   > Cliquer ici pour visionner la vidéo.  La bilirubine non-conjuguée (BNC), produit de dégradation de l’hémoglobine (molécule transportant le dioxygène contenue dans les globules rouges), est un pigment normalement transformé par le foie en bilirubine conjuguée, puis éliminé dans les urines ou les selles. Mais il arrive que le foie du nouveau-né soit immature et donc incapable d’assumer ce rôle efficacement. De la BNC s’accumule alors dans le sang et jaunit la peau, les ongles… On appelle cela la jaunisse ou l’ictère physiologique.  Sans danger la plupart du temps, ce dernier peut déboucher sur des complications neurologiques, comme la paralysie cérébrale ou la perte de l’ouïe, quand le taux sanguin de BNC augmente. Des chercheurs de l’Université de Kobe et de l’Institut Riken ont alors mis au point et prouvé cliniquement l’efficacité d’un nouveau procédé de détection pour surveiller ce taux : la méthode UnaG.  Basée sur une protéine fluorescente extraite dans les muscles de l’anguille japonaise, cette dernière est une véritable avancée ! Elle a permis une mesure de la concentration en bilirubine 10 000 fois plus précise que les méthodes conventionnelles, telle la bilirubinoxidase. Mais aussi, d’analyser 140 échantillons sérologiques, prélevés chez 92 nouveau-nés dont 35 chez des enfants soignés par photothérapie (traitement actuel contre la jaunisse), sans subir les interférences de l’hémoglobine et des lipides contenus dans les échantillons de sérum**, le principal problème des méthodes conventionnelles.  La méthode UnaG possède un autre avantage, en plus d’être précise : elle nécessite des échantillons d’un microlitre de sang pour déterminer la concentration en bilirubine non-conjuguée. Un volume idéal pour le personnel médical, qui s’occupe d’enfants en bas âge prématurés ou malades et ne peut prélever que des volumes sanguins limités. C’est une méthode bien accueillie par les pédiatres, que les chercheurs souhaitent mettre en place dans les centres médicaux en développant un kit d’analyse simple.  Marie-Anaïs Lien  * Jaunisse : coloration jaune des téguments et des muqueuses, tels que les ongles, la peau ou le blanc des yeux. ** Sérum : liquide sanguin débarrassé de ses cellules et des protéines de coagulation qui permettent (entre autres) la cicatrisation d’une coupure superficielle de la peau.