Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche fondamentale, Santé

27 - 12 - 2017

Mieux comprendre la dépression post-partum

Un nouveau modèle souris permet de mieux comprendre les mécanismes neurologiques et hormonaux de la dépression post-partum.

 

La dépression post-partum touche une mère sur cinq. Elle s’accompagne d’anxiété, de forte fatigue, d’une difficulté à créer des liens avec l’enfant et de pensées suicidaires. La cause de cette dépression est encore mal comprise faute de modèle animal.

 

Des chercheurs ont créé un nouveau modèle souris de cette affection pour tenter de la comprendre.

 

On sait qu’en péri-partum la réaction de l’organisme de la mère au stress est diminuée.

 

On sait que la protéine KCC2 agit sur les neurones CRH et diminue la réaction hormonale au stress au niveau de l’axe hypothalamo-hypophysaire. Cette protéine est par ailleurs liée à divers troubles psychiatriques liés au stress et à l’anxiété ainsi qu’à l’épilepsie, la douleur chronique et l’autisme.

 

 

 

 

En modulant par transgénèse locale la production de KCC2 chez la souris, les chercheurs ont découvert que la résistance au stress en péripartum était liée à la présence de cette protéine au niveau des neurones CRH.

 

KCC2 pourrait ainsi devenir une cible thérapeutique pour les femmes souffrant d’anxiété et de dépression postpartum.

 

Cette découverte est une étape dans la connaissance des mécanismes neurologiques et hormonaux qui interviennent dans la dépression post-partum.