Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche animale, Santé

02 - 12 - 2012

Maladie de Parkinson: le projet TRANSEURO

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative répandue et dont on ne guérit pas. Le programme européen TRANSEURO vise à développer un traitement régénératif à base de cellules fétales.

Consortium TRANSEURO
La maladie de Parkinson entraîne le développement de mouvements désordonnés (tremblements, rigidité, lenteur, instabilité). Elle touche 1% des personnes de plus de 65 ans. La cause de la maladie est connue : la disparition des neurones dopaminergiques d'une zone du cerveau. On sait soulager les symptômes en début de maladie. Mais on ne sait pas empêcher sa progression et les traitements finissent par devenir inefficaces. Le consortium européen TRANSEURO a été établi pour développer une thérapie cellulaire de la maladie de Parkinson à base de cellules fétales. Cette approche vise à remplacer les neurones dopaminergiques détruits et ainsi à guérir les patients. Les objectifs de TRANSEURO sont de :- déterminer les conditions pour la meilleure efficacité de cette approche thérapeutique ;- démontrer l'efficacité clinique de cette thérapie cellulaire ;- développer un modèle pour les futurs esssais cliniques de thérapie cellulaire sur cellules souches. Quinze établissements partenaires européens (hopitaux, universités, instituts, sociétés privées) constituent TRANSEURO. Les pays représentés sont le Royaume-Uni, la Suède, l'Allemagne, l'Autriche et la France. A ce jour les essais chez l'homme de greffe de neurones ont donné des réussites et des échecs. Un nouvel essai clinique va être réalisé début 2013 sur cinq patients par une équipe suédoise de TRANSEURO. Cet esssai prendra en compte toutes les connaissances accumulées.   Les publications scientifiques issues du programme TRANSEURO sont nombreuses (13 en 2012). Elles sont toutes en anglais, langue commune de la recherche biomédicale. La lecture de certaines publications ( comme celle-ci ou celle-ci ) permet de mesurer le rôle essentiel que jouent les études sur rongeurs et sur primates dans l'acquisition des connaissances sur la maladie et dans le développement des nouvelles approches thérapeutiques comme la reconstruction par greffe de cellules.