Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Santé

04 - 06 - 2018

Les oiseaux migrateurs et la dissémination des virus

On a découvert en Grèce et en Turquie sur des tiques fixées sur le corps d’oiseaux migrateurs un virus décrit jusqu’ici uniquement en Egypte et dans la péninsule arabique.

__________________________________________________

 

Le virus de la fièvre hémorragique Alkhurma (virus AHF) a été découvert en 1995 suite à une épidémie dans un village d’Arabie Saoudite. Ce virus est transporté par des tiques (des genres Hyalomma et Ornithodoros). Les mammifères domestiques (chèvres, mouton, chameaux) en seraient un réservoir. Par la suite des foyers ont été découverts en Egypte et dans la péninsule arabique.

 

Le virus provoque un syndrome grippal et dans les cas graves des ecchymoses, de l’ictère et une encéphalite avec un taux de mortalité de 25% environ.

 

Inquiétés par l’augmentation de la répartition géographique de la maladie, des chercheurs ont cherché à savoir si des tiques fixées sur des oiseaux migrateurs pouvaient la transporter vers l’Europe et l’Asie.

 

Dans une première étude des oiseaux migrateurs ont été capturés dans la région de Capri et en Grèce. Cinq tiques du genre Hyalomma sont apparues positives à la recherche d’ARN du virus AHF. Ces cinq tiques ont été prélevées en Grèce sur trois espèces d’oiseaux qui vivent en Europe et hibernent en Afrique sub-saharienne.

 

Suite à ces résultats une deuxième étude plus large a été menée incluant l’Espagne, les Iles Canaries, la Crète, Israël et la Turquie. Les analyses ont été réalisées par l’ANSES à Paris. Un résultat positif a été découvert sur un prélèvement réalisé en Turquie.

 

Au total le virus a été découvert sur 6 tiques Hyalomma parmi 1771 tiques prélevées sur des oiseaux migrateurs. Ces résultats rendent plausibles la possibilité d’une dissémination du virus AHF par les oiseaux migrateurs d’autant plus que le changement climatique augmente l’aire de distribution de ces tiques.

 

 

 

 

Ces résultats encouragent à un suivi accru de la dispersion et du mode de dissémination de ce virus en incluant, au-delà de la surveillance des animaux domestiques, celle des tiques et des oiseaux migrateurs.

 

http://www.uu.se/en/news-media/news/article/?id=10824&area=2,10,16,24,34,40&typ=artikel&lang=en

https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/24/5/17-1369_article