Newsletter

Vous êtes ici

Recherche fondamentale

01 - 06 - 2018

Les mystères du sommeil

Une étude chez le ver C elegans dévoile le rôle des cellules de la glie dans l’immobilité liée au sommeil.

___________________________________

Le sommeil est un comportement extrêmement répandu et conservé chez les animaux. Il s’accompagne d’un état d’immobilité proche de la paralysie.

 

On connaît de nombreux mécanismes qui déclenchent l’endormissement et l’éveil comme le rythme circadien ou le taux d’adénosine. Mais on ne connaît pas le mécanisme qui provoque et contrôle l’immobilité liée au sommeil. L’intervention des cellules de la glie qui assurent de nombreuses fonctions dans le cerveau en relation avec les neurones, est supposée.

 

Pour progresser des chercheurs ont utilisé le ver C. elegans dont on connaît avec précision le nombre et les fonctions des neurones et des cellules gliales. Ils ont créé une ligne de vers dépourvue de cellules gliales. Ils ont observé :

               - chez l’immature une léthargie (associée aux mues) plus précoce et plus longue et un développement larvaire prolongé

               - chez l’adultes des moments d’immobilité de quelques secondes à quelques minutes ce qui est inhabituel chez ces animaux et évoque la narcolepsie de l’humain.

L’absence des cellules gliales semble donc accroître l’immobilité.

 

Ensuite les chercheurs ont étudié dans cette lignée de vers le fonctionnement des neurones. Ils ont découvert que la suppression des neurones ALA* faisait disparaître les effets de la suppression des cellules gliales. Ils en ont conclu que le rôle des cellules gliales était de contrôler les effets des neurones ALA.

 

L’intervention des cellules de la glie dans l’immobilité liée au sommeil est maintenant démontrée chez C. elegans. Il reste à établir quel sont les médiateurs en jeu puis à transposer ces découvertes au cerveau de l’humain pour ensuite déboucher sur des applications médicales.

 

 

 

https://www.rockefeller.edu/news/22750-drowsy-worms-offer-new-insights-neuroscience-sleep/

https://www.cell.com/cell-reports/fulltext/S2211-1247(18)30217-1

* neurones qui déclenchent l’immobilité en agissant sur les neurones qui contrôlent le mouvement