Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche fondamentale

14 - 03 - 2018

Les maladies neurodégénératives sont-elles dues à une accélération du vieillissement du cerveau ?

Une étude menée sur les mouches permet d’envisager que les maladies neurodégénératives seraient la conséquence d’une accélération du vieillissement du cerveau.

_________________________________

 

Le vieillissement est un facteur majeur dans l’apparition des maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson mais on ne comprend pas bien le lien entre ces deux évènements.

 

Des chercheurs ont tenté de mieux le comprendre. Pour cela ils ont réalisé une étude chez la mouche drosophile, un animal dont le cycle de vie est très court et chez qui on sait provoquer une maladie neurodégénérative.

 

Ils ont tout d’abord créé une échelle pour mesurer l’âge physiologique, et non chronologique, de ces animaux. Dans ce but ils ont mesuré leurs profils génétiques complets à différents âges de 3 à 45 jours et sur différentes parties du corps.

 

Ensuite les chercheurs ont utilisé sur ces animaux un modèle de maladie neurodégénérative basé sur la modification de l’expression du gène Cdk5. Ce gène existe sous une forme homologue chez les mammifères.

 

Ils ont observé que les modifications d’activité de ce gène provoquaient non seulement une maladie neurodégénérative, mais aussi une accélération du vieillissement physiologique de 25 à 150%.

 

 

 

Pris ensemble, ces résultats permettent de penser que la neurodégénérescence déclenchée par la modification d’activité du gène Cdk5 est due à un vieillissement accéléré ainsi qu’à l’atteinte des neurones.

 

Selon cette étude, le vieillissement pourrait ne pas être un simple facteur prédisposant des maladies neurodégénératives, mais un élément clef de leur apparition.