Newsletter

Vous êtes ici

Recherche animale

21 - 08 - 2018

Les chercheurs belges publient une tribune sur l’expérimentation animale

Le journal La Libre.be a publié hier une contribution externe signée par plus de quarante chercheurs et chercheuses intitulée « Expérimentation animale : la recette d’une polémique scientifique ».

_____________________________________

 

Les chercheurs belges répondent dans La Libre.be à un article rédigé par André Ménache contre l’expérimentation animale.

 

Après avoir rappelé, en faisant référence à des enquêtes d’opinion, le soutien de l’opinion publique à une recherche animale qui en l’absence de méthode alternative contribue à l’amélioration de la santé humaine, les auteurs notent qu’a contrario André Ménache stigmatise les chercheurs et dénonce un complot sécuritaire.

 

Les auteurs commentent les trois arguments avancés :

               - l’arrêt de l’utilisation des chimpanzés par la recherche publique aux Etats-Unis ne correspond pas à une remise en cause de la recherche animale comme l’affirme André Ménache, mais aux campagnes de harcèlement d’associations, aux contraintes réglementaires et au coût très élevé des études. Par exemple, les chimpanzés une fois utilisés en recherche doivent être hébergés toute leur vie (30 à 40 ans) par l’état fédéral

               - la distance génétique entre les modèles animaux et l’humain ne rend pas la recherche animale « moins fiable qu’un jeu de pile ou face » même s’il n’y a pas de modèle parfait. Les similarités entre être vivants sont réelles : c’est chez le petit pois que les premières lois universelles de la génétique ont été découvertes par Mendel. Les modèles animaux sont choisis en fonction de nombreux critères. La souris par sa taille, son temps de génération, son coût relativement faible et les nombreuses lignées génétiquement modifiées qui permettent de l’humaniser constitue souvent le meilleur compromis, ce qui en fait l'animal le plus utilisé

               - les tests réglementaires sur animaux seraient peu prédictifs selon André Ménache, et devraient être remplacés par des tests in vitro. Or il faut savoir que des tests in vitro sont utilisés avant les tests sur animaux. C’est donc l’ensemble des outils de la recherche qui peuvent se révéler insuffisants.

 

Ensuite les chercheurs rappellent que la recherche animale soigne aussi les animaux et que beaucoup plus d’animaux sont vaccinés dans le monde que d’êtres humains.

 

Enfin, l’expérimentation animale est la forme d’utilisation d’animaux la plus réglementée, la seule qui demande un examen éthique et une approbation au cas par cas.

 

Liens:   

Vidéo : les modèles animaux  

Article de La Libre.be