Newsletter

Vous êtes ici

Santé

23 - 08 - 2016

Le rhume hivernal dû au dromadaire ?

Des chercheurs émettent cette hypothèse après avoir étudié la génétique du virus chez un millier de camélidés et avoir comparé ces résultats à ceux obtenus chez l’homme et la chauve-souris. Les conclusions sont claires : le coronavirus impliqué chez l’homme serait bel et bien un descendant de celui du dromadaire. Si ce virus n’est pas dangereux pour l’homme, le fait qu’il ait été capable, à un moment donné, de sauter la barrière d’espèce et de muter pour assurer sa transmission entre individus peut inquiéter. Car ce virus “commun” est l’un des cinq coronavirus des voies respiratoires, comme… les syndromes respiratoires aigu sévère (Sras) ou du Moyen-Orient (Mers) ! Or, si ces deux maladies infectieuses se transmettent uniquement par contacts directs et rapprochés, nous ne sommes pas à l’abri d’une éventuelle mutation génétique qui affaiblirait encore la barrière de transmission entre les hôtes du virus. Et pour noircir un peu le tableau, le Mers est régulièrement détecté dans les populations de camélidés.