Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Santé

05 - 05 - 2015

Le mystère de la réparation naturelle des dents

Les dents sont naturellement capables de réparer des lésions grâce à des cellules souches. Des chercheurs viennent d’identifier chez la souris ce mécanisme qui pourrait être utilisé pour révolutionner la médecine dentaire.

 

Des dents auto-réparatrices

 

La dent est un organe minéralisé mais aussi vivant. En effet, la pulpe dentaire au centre de la dent est composée de vaisseaux et de nerfs qui sont protégés par de l’ivoire et de l’émail. Cependant cette barrière peut être franchie en cas de carie ou de lésion. Lorsqu’une lésion dentaire apparaît, la dent se défend grâce à des cellules souches dormantes présentes dans la pulpe qui se réveillent et tentent de réparer les dégâts. 

 

 

 

 

Des chercheurs ont réussi à extraire et isoler des cellules souches de la pulpe de molaire de souris afin d’identifier et comprendre les mécanismes de défense naturels de la dent. Ils ont identifié sur ces cellules souches des récepteurs réagissant à la dopamine et à la sérotonine. Or ils ont aussi découvert que les plaquettes sanguines activées par une lésion dentaire libèrent justement ces neurotransmetteurs. Ceux-ci activent les cellules souche qui initient la réparation.

 

Stimuler la réparation naturelle, une nouvelle thérapie

 

 La prochaine étape consistera à identifier les cellules souches dans la pulpe de dents humaines afin de les isoler et les utiliser pour stimuler la réparation naturelle de la dent. 

 

"Nos résultats permettent d'envisager des stratégies thérapeutiques inédites qui viseraient à mobiliser les cellules souches résidentes de la pulpe afin d'amplifier le pouvoir naturel de réparation des dents sans avoir recours à des matériaux de substitution", conclut Odile Kellermann, responsable de l’équipe de l’INSERM et de l’Université Paris Descarte, principale auteure de ces travaux.