Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques

28 - 04 - 2013

Le gène qui choisit le cortex des mammifères

Des chercheurs ont découvert que le développement exceptionnel du cortex cérébral chez l'homme pouvait être dû à l'expression particulière d'un gène présent chez tous les mammifères et non à l'existence de gènes spécifiques à l'homme.

TNRP1, cortex cérébral

Les chercheurs se demandent depuis longtemps si le développement particulier du cerveau humain était dû à des gènes propres à l'homme.

 

En 2012, des chercheurs allemands ont découvert que le gène TNRP1 qui existe chez les mammifères, y compris l'homme, était capable d'influencer le développement des cellules qui créent le cortex cérébral. Ils ont montré que chez la souris, ce gène décide si ces cellules vont se multiplier à l'identique pour créer un cortex lisse et homogène, ou bien si elles vont se différencier en une pléthore de types cellulaires différents pour créer une structure corticale complexe.

 

En avril 2013, des chercheurs allemands et espagnols ont montré chez la souris que la modulation de l'expression du gène TRNP1 avait un effet direct sur le développement et l'épaisseur du cortex cérébral:

               - une expression élevée de ce gène entraîne une structure régulière en couches lisses du cortex ;

               - une expression faible entraîne une expansion du cortex en couches irrégulières et en circonvolutions.

 

Cette découverte indique qu'un même gène est à l'origine des différentes formes de cortex qu'on peut trouver chez les mammifères, y compris sans doute chez l'homme. Il n'y aurait donc pas de gène particulier lié à la compexité unique du cerveau humain.

 

Ceci va à l'encontre de l'hypothèse selon laquelle les espèces animales les plus intelligentes seraient détentrices de gènes particuliers. Elle expliquerait par exemple comment les singes du nouveau monde ont pu acquérir un cortex plus lisse et moins développé que leurs ancêtres.

 

Cette découverte pourrait aussi ouvrir la voie à de nouveaux diagnostics et traitements pour des affections comme la microcéphalie et l'autisme dans lesquelles l'organisation du cerveau est altérée.