Newsletter

Vous êtes ici

Santé

25 - 10 - 2016

La prolactine et le cancer du sein triple négatif

Le cancer du sein triple négatif n’a ni récepteurs œstrogène, ni récepteurs progestérone, ni HER2. C’est aujourd’hui le cancer du sein le plus agressif et le plus difficile à traiter. Or des chercheurs canadiens ont découvert à l’occasion d’une étude, menée sur 580 femmes souffrant d’un tel cancer que la présence de récepteurs de la prolactine était associée à un pronostic bien meilleur.

Parallèlement, les modèles animaux ont montré qu’en l’absence de récepteurs de la prolactine, les tumeurs mammaires étaient plus agressives et plus invasives.

 

Ces découvertes laissent supposer qu’en cas de présence de récepteurs de la prolactine constatée par un dépistage préalable, un traitement à la prolactine permettrait une chimiothérapie moins agressive du cancer du sein triple négatif et une efficacité améliorée.