Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Recherche animale. Si vous le souhaitez, vous pouvez visualiser un exemple

Vous êtes ici

Ethique, Institutions, Recherche animale

08 - 09 - 2017

La nécessité scientifique et éthique d’utiliser des animaux en recherche

Marc Peschanski, directeur d’I-Stem, rappelle dans un article du Point la nécessité éthique et scientifique d’utiliser des animaux en recherche

 

Suite à la parution d’un article critique et qu'il a jugé insuffisamment documenté, sur l’utilisation d’animaux en recherche dans l’hebdomadaire Le Point, Marc Peschanski, directeur d'I-Stem et grand chercheur dans le domaine des cellules souches, a tenu à rappeler dans le même hebdomadaire des éléments essentiels ignorés par cet article.

 

 

 

 

Marc Peschanski rappelle que les textes fondateurs de la bioéthique que sont le code de Nuremberg et la convention d’Helsinki demandent à la recherche d’utiliser des animaux pour protéger les humains. Il faut tester un futur médicament sur une espèce suffisamment proche de la nôtre pour évaluer les doses efficaces, les doses toxiques et sa durée de vie dans l’organisme.

 

Il ajoute que les cellules ou tissus sortis d’organismes vivants ne se comportent pas comme ils le font dans ces mêmes organismes. Cela limite l’intérêt des modèles in vitro.

 

La qualité des modèles animaux est extrêmement importante pour étudier une maladie et les effets des traitements. Dans tous les cas la recherche utilise les modèles animaux qui se rapprochent le plus de l’affection à traiter.

 

Certains modèles qui reproduisent des maladies douloureuses peuvent provoquer de la douleur. C’est assez rare et toujours réduit autant que possible. Marc Peschanski rappelle que la réglementation impose la règle des 3R: "remplacer dès qu'on peut, réduire le nombre d'animaux au minimum indispensable et raffiner pour limiter autant que possible la souffrance animale. Les commissions nationales et internationales d'évaluation des projets sont très attentives à ce point. "