Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Recherche animale. Si vous le souhaitez, vous pouvez visualiser un exemple

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche fondamentale, Santé

26 - 03 - 2018

La médecine reproductive assistée

L’étude de l’embryon de souris permet de progresser dans la connaissance de l’embryogénèse et à terme dans l’efficacité de la médecine de la reproduction assistée.

__________________________________________

 

En médecine reproductive assistée, les embryons à implanter sont choisis par un examen visuel.  

 

Le programme européen MecaMorphEME vise à construire des modèles mathématiques ou physiques pour obtenir un meilleur choix des embryons à implanter.

 

Dans ce but, les chercheurs ont tenté de construire un modèle physique préimplantatoire réaliste de l’embryon de souris.

 

Au stade huit cellules, l’embryon est compact. En passant au stade seize cellules, il se sépare en une masse interne et une couche externe. Les cellules de la couche externe formeront le placenta, celles de la masse interne formeront l’embryon lui-même.

 

 

 

Les chercheurs ont étudié les tensions de surface (la souplesse) des cellules au stade huit cellules de l’embryon. Ils ont découvert que le passage à seize cellules se faisait par une division cellulaire asymétrique, une des cellules fille présentant une tension de surface diminuée.

 

A la séparation des couples de cellules, cette différence de souplesse entre les surfaces les deux cellules déclenche un tri et un placement dans la masse interne ou dans la couche externe de l’embryon.

 

Cette étude sur embryon de souris a donc permis de définir un modèle physique de la formation de l’embryon seize cellules, étape critique du développement de l’embryon de mammifère. Ce modèle pourrait augmenter l’efficacité du choix de l’embryon en vue d’une l’implantation.

 

https://cordis.europa.eu/result/rcn/222404_fr.html