Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Santé

18 - 05 - 2018

Infertilité féminine : l’origine du syndrome des ovaires polykystiques découverte chez la souris

Une étude chez les patientes et sur modèle souris découvre l’origine neuroendocrinienne du syndrome des ovaires polykystiques et envisage un traitement.

_____________________________

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) touche 10% des femmes en âge de procréer. Il provoque une surproduction d’hormones masculines, un dysfonctionnement ovarien et une infertilité.

 

Une équipe de chercheurs Inserm - Université de Lille - CHU de Lille - Centre Jean-Pierre Aubert, a publié les résultats d’une étude qui fait progresser la connaissance de ce syndrome.

 

Partant du constat que l’hormone antimüllérienne (AMH) était sécrétée en plus grande quantité chez les patientes et que cette hormone pouvait avoir un effet sur les fœtus féminins, ils ont mesuré sont taux pendant la grossesse et ont constaté qu’il était plus élevé chez les femmes atteintes de SOPK.

 

 

 

PCOS = SOPK en anglais

 

Pour en savoir plus sur l’effet de cette élévation sur la descendance, les chercheurs l’ont reproduite sur un modèle souris.

 

Ils ont découvert chez des souris traitées à l’AMH pendant la gestation :

     - un excès de testostérone lié à une stimulation neuroendocrinienne et à une diminution de sa transformation en œstradiol par le placenta

     - une masculinisation des fœtus femelles

     - des modifications neuroendocriniennes (hypersécrétion de GnRH, de LH et d’androgènes) et reproductives du type SOPK chez les femelles devenues adultes.

 

Enfin, les chercheurs ont administré à ces souris femelles mimant le SOPK un traitement régulant la production de GnRH et de LH qui a restauré leur fertilité.

 

Ces travaux ont mis en évidence des anomalies neuroendocriniennes liées au SOPK et une voie de recherche pour le traiter.

  

https://presse.inserm.fr/vers-une-comprehension-de-lorigine-du-plus-frequent-des-troubles-de-linfertilite-feminine/31387/

https://www.nature.com/articles/s41591-018-0035-5