Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche fondamentale, Santé

18 - 10 - 2017

Grippe : quelle place pour l’expérimentation animale dans la recherche d’un vaccin universel ?

La grippe saisonnière tue 250 000 à 500 000 personnes par an dans le monde. Les épisodes de grippe pandémique ont fait des dizaines de millions de victimes aux XXème et XXIème siècles.

 

Le vaccin contre la grippe saisonnière doit être recréé chaque année en fonction du virus de l’année. Pour la grippe pandémique, il n’existe aucun vaccin.

 

Contre toutes ces grippes, nous avons besoin d’un vaccin universel, c’est-à-dire d’un vaccin qui protègerait des virus influenza A des groupes 1 et 2, pendant au moins 12 mois.

 

 

 

  

Un groupe de travail réuni en juin 2017 vient de publier les conditions de la mise au point d’un tel vaccin. Elles sont nombreuses.

 

Parmi celles-ci les modèles animaux ont été examinés (chapitre 7 du compte-rendu). Ils sont indispensables pour étudier la transmission du virus, son impact génétique et la validité des candidats vaccins.

 

Chaque modèle (souris, furet, porc, primate) a des avantages et des limites et ils doivent être utilisés ensemble. Certains peuvent mimer des aspects de la réponse immune humaine (souris transgénique), d’autres permettent d’étudier les réponses long terme (porc, primate). Le furet reproduit spontanément le mieux la maladie humaine, mais c’est une espèce encore assez mal définie en recherche.

 

Ce groupe de travail conclut à la nécessité d’une collaboration accrue entre les différentes disciplines pour la mise au point d’un vaccin universel contre la grippe.