Newsletter

Vous êtes ici

Recherche animale, Santé

21 - 11 - 2014

Douleur : à la recherche des traitements de demain

La douleur est à l’origine d’environ deux consultations médicales sur trois. Signal d’alarme de notre organisme, la douleur nous est indispensable. Mais quand le mécanisme d’alarme est perturbé, la transmission du signal douloureux est excessive et la douleur peut devenir chronique. La recherche animale est nécessaire à la compréhension de ces dérèglements et permet l’élaboration de nouveaux traitements.

 

« Une expérience sensorielle et émotionnelle »L’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP) définit la douleur comme « une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ». Il s’agit donc d’une sensation subjective liée à l’émotion. En effet, « aucun examen, aucune prise de sang, aucun scanner ne permet d’objectiver la douleur », selon le Ministère de la Santé. C’est pourquoi la recherche sur la douleur reste complexe et demeure aujourd’hui un véritable enjeu de santé publique. Quand la douleur devient une maladie à part entièreNormalement, « la douleur est un signal d’alarme qui sert à repérer une agression et permet de réagir contre », expliquent les spécialistes su Centre National de Ressources contre la Douleur (CNRD). Le  message d’alarme est transmis au cerveau, via les nerfs et la moelle épinière. Mais quand ce système est déréglé, les signaux d’alerte sont envoyés régulièrement lorsqu’il n’y a pas de blessure ou de brûlure. La douleur devient alors une maladie à part entière. Quand la douleur persiste pendant plus de trois mois, les médecins parlent de douleur « chronique ». En France, environ 30 % de la population est victime de douleurs chroniques. Découverte du mécanisme d’action du paracétamol Pour développer des nouvelles molécules anti-douleur « il est nécessaire de comprendre comment fonctionnent celles qui existent déjà, afin d’en limiter les effets secondaires par exemple » explique le chercheur Alain Eschalier dans une récente publication de l’Inserm. Des recherches chez le rat ont permis d’élucider le mode d’action du paracétamol, médicament contre la douleur le plus vendu au monde. Le venin de serpent agit contre la douleurLe venin du mamba noir, redoutable serpent africain, contient des substances analgésiques « aussi puissantes que la morphine mais avec beaucoup moins d’effets secondaires » (voir la vidéo ci-dessus). Des chercheurs français ont analysé les composants de ce venin et ont isolé deux peptides capables de supprimer la sensation de douleur et baptisés « mambalgines ». Des tests chez la souris ont démontré que les mambalgines ne sont pas toxiques.