Newsletter

Vous êtes ici

Santé

20 - 04 - 2017

Détecter et traiter l’alcoolisation fœtale

Près d’un enfant sur 100 souffre de troubles liés à l’alcoolisation fœtale (trouble du comportement, difficulté d’apprentissage). Les chercheurs de l’Inserm étudient les mécanismes de la toxicité de l’alcool pour trouver un indicateur de l’atteinte du cerveau à la naissance et un traitement.

Grâce à des études sur tissus de fœtus morts in utero et sur modèle souris, ils ont montré comment l’alcool perturbait le développement des vaisseaux sanguins du cerveau. Ils ont constaté in vitro que la rapamycine, un médicament immunosuppresseur, protégeait partiellement les cellules des vaisseaux et qu’elle pourrait constituer un traitement si elle est utilisée assez tôt.

La recherche se poursuit, cependant la meilleure prévention consiste à exclure l’alcool pendant la grossesse.