Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche fondamentale, Santé

17 - 05 - 2018

Choc anaphylactique : les plaquettes sanguines jouent un rôle

Des études in vitro, chez la souris transgénique et chez le patient indiquent que les immunoglobulines G et les plaquettes sanguines interviennent dans le choc anaphylactique

___________________________________

Le choc anaphylactique est la forme la plus sévère de la réaction allergique. Il est provoqué par une catégorie d’anticorps, les immunoglobulines E ou IgE, dirigées contre un antigène et fixées sur des cellules immunitaires. Lorsque ces IgE entrent en contact avec cet antigène les cellules libèrent des substances vasoactives puissantes ce qui peut entraîner un état de choc et la mort.

 

 

 

Des chercheurs de l’Institut Pasteur, de l’Inserm, du CNRS et de l’EFS Grand-Est ont montré que d’autres mécanismes pouvaient intervenir dans le choc anaphylactique.

 

Les plaquettes sanguines dont le rôle principal est de colmater les brèches des vaisseaux sanguins, contiennent des substances vasoactives ainsi que, chez l’humain mais pas chez la souris, des récepteurs pour les immunoglobulines G ou IgG.

 

Pour étudier la contribution possible des plaquettes au choc anaphylactique via les IgG, une lignée de souris transgéniques exprimant le récepteur plaquettaire humain aux IgG a été créée. Par ailleurs des études ont été réalisées chez des patients victimes de choc anaphylactique.

 

L’étude a montré :

      - chez les patients victimes de choc anaphylactique, une activation des plaquettes suivie d’une chute de leur nombre

      - chez les souris exprimant les IgG plaquettaires humaines, l’activation des plaquettes par les complexes IgG-antigène, le déclenchement d’une réaction anaphylactique d’intensité proportionnelle à la numération plaquettaire, le relargage de sérotonine par les plaquettes activées.

 

Cette étude nous apprend que les plaquettes sanguines jouent un rôle dans le choc anaphylactique. Des études complémentaires vont être menées pour étudier la possibilité de traiter ce choc en agissant sur les plaquettes.

 

https://www.pasteur.fr/fr/journal-recherche/actualites/anticorps-igg-activent-plaquettes-sanguines-contribuent-severite-du-choc-anaphylactique

http://immunology.sciencemag.org/content/3/22/eaan5997

https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/anaphylaxie