Newsletter

Vous êtes ici

Recherche animale, Santé

21 - 08 - 2015

Cancer : un mini-capteur fait ses preuves chez la souris

Surveiller en temps réel l’évolution d’une tumeur cancéreuse ? C’est désormais possible chez la souris grâce à un implant minuscule développé par le Massachusetts Institute of Technology (MIT). Ce dispositif agit comme un capteur chimique au sein des tissus cancéreux et communique sans fil avec un lecteur externe. Les résultats sont encourageants mais l’efficacité du capteur doit encore être validée chez l’homme.

 

Capteur implanté chez la souris par des chercheurs du MIT

 

Un « espion chimique » implanté au sein d’une tumeur                          

 

Les chercheurs sont unanimes : « la recherche en cancérologie a fait des bonds de géant ces dernières années et continue de s’accélérer ».

 

La preuve : des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont implanté un mini-capteur directement dans une tumeur cancéreuse de souris (voir l’image ci-dessus). Ce détecteur chimique permet de suivre en direct l’efficacité d’un traitement anticancéreux sans avoir recours à des contrôles récurrents (IRM, radiologie, biopsies).

 

Comment fonctionne le capteur ?


Testé chez des souris pendant quelques semaines, ce dispositif est capable de mesurer deux variables au sein d'une tumeur : la concentration d’oxygène et l’acidité.

 

Ces deux paramètres n’ont pas été choisis au hasard : quand le taux d’oxygène diminue et l’acidité augmente, on peut considérer que le traitement agit sur la tumeur. Ces données sont donc recueillies dans la tumeur par le capteur et ensuite transmises aux scientifiques grâce à une technologie sans fil.

 

Lors de cette expérience, les chercheurs ont constaté que les informations enregistrées grâce au capteur correspondaient à celles obtenues par des techniques traditionnelles comme la biopsie ou l’IRM. Ainsi, les résultats chez les rongeurs sont très encourageants mais l’efficacité du capteur doit encore être validée chez l’homme.

 


Ce sujet vous intéresse ? Regardez le web documentaire « Recherche sur les cancers : tout s’accélère »