Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Recherche fondamentale, Santé

25 - 01 - 2018

c-MYC, un oncogène qui intervient dans les formes graves de neuroblastome

Une équipe de recherche a montré par des études chez le patient et sur modèle poisson, que l’oncogène c-MYC intervient dans l’apparition de la forme grave du neuroblastome de l’enfant.

 

Le neuroblastome est un cancer de l’enfant qui touche 130 à 150 enfants par an en France. Son évolution est très variable depuis une régression sans traitement jusqu’à une issue fatale malgré des résultats thérapeutiques encourageants dans un premier stade.

 

Des chercheurs ont tenté d’identifier chez certains patients atteints de la forme grave des anomalies génétiques spécifiques de cette forme en vue d’adapter les traitements.

 

Le gène c-MYC est un oncogène qui appartient à famille des gènes MYC qui intervient dans l’expression de nombreux autres gènes.

 

 

 

 

Partant de l’hypothèse que ce gène pouvait intervenir dans des formes graves du neuroblastome, les chercheurs ont réalisé des examens et des études chez les patients, sur modèles cellulaires, en génomique 3D et sur modèle poisson-zèbre.

 

Ils ont constaté que :

  •                  - le gène c-MYC est surexprimé chez 10% des patients et que chez ces patients le taux de survie est faible
  •                  - des modifications des chromosomes existent chez certains de ces patients à proximité du gène c-MYC (génomique 3D)
  •                  - la surexpression de c-MYC provoque une forme grave de neuroblastome chez le poisson.

 

L’ensemble de ces découvertes tend à prouver l'implication du gène c-MYC dans certaines formes graves du neuroblastome et sera utile au développement de traitements personnalisés qui pourront inclure un diagnostic de surexpression du gène c-MYC et une prise en compte thérapeutique spécifique qui reste à mettre au point.