Newsletter

Vous êtes ici

Avancées scientifiques, Ethique, Recherche animale

16 - 11 - 2018

Avec Negative Results, le négatif c’est positif !

La recherche publie ses résultats pour assurer la diffusion la plus rapide possible des connaissances.

 

Malheureusement les résultats négatifs c’est-à-dire les résultats des études qui ne confirment pas les hypothèses testées, ne sont souvent pas ou seulement sommairement publiés.

 

On peut considérer aujourd’hui que les découvertes scientifiques publiées ne représentent que 10% des études réalisées, 90% étant des résultats négatifs non publiés ! La perte d’information est énorme.

 

Il n’y a pas de doute que des études sont refaites par une équipe de recherche pour le simple motif que les résultats n’ont pas été publiés par l’équipe qui l’a réalisée auparavant. Outre le préjudice économique il y a, dans le cas d’études ayant recours à l’expérimentation animale, une utilisation d’animaux qui pourrait être évitée.  

 

Mais publier les résultats négatifs demande à la fois du temps aux chercheurs pour rédiger les publications, ce qui représente un très gros travail, et des revues scientifiques qui acceptent de les publier, ce qui est rare.

 

Pour répondre au besoin de revues scientifiques qui publient des résultats négatifs, quatre chercheurs français, Antoine Muchir, Rémi Thomasson, Yannick Tanguy et Thibaud Marais ont lancé la revue scientifique en ligne Negative Results http://www.negative-results.org/ à accès libre (Open-access) et comité de relecture (Peer-Review).

 

 

Cette revue publie des résultats négatifs dans tous les domaines de la recherche biologique fondamentale et appliquée : vieillissement, cardiologie, biologie moléculaire et cellulaire, développement, endocrinologie, épidémiologie, génétique, immunologie, maladies infectieuses, chimie des médicaments, métabolisme, muscle, néphrologie, neurobiologie, ophtalmologie, pharmacologie, pneumologie, protocoles et reproduction. Elle propose des outils pour faciliter le travail des chercheurs.

 

Il reste maintenant à toutes les équipes de recherche concernées à retrousser leurs manches et faire chauffer les claviers pour proposer à la publication leurs résultats négatifs, … si positifs pour la recherche !