Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Recherche animale. Si vous le souhaitez, vous pouvez visualiser un exemple

Une piste pour des médicaments anti-coronavirus

RECHERCHE FONDAMENTALE

29 - 06 - 2017

Une piste pour des médicaments anti-coronavirus

Les coronavirus sont une famille de virus fréquemment rencontrés chez les animaux mais qui comprend aussi les virus du SRAS et du MERS. Or il n’existe actuellement aucun antiviral qui soit efficace contre les coronavirus.

Après de nombreuses années de recherche fondamentale sur cette famille de virus, des chercheurs ont réussi à synthétiser une molécule qui inhibe in vitro le virus du SRAS, le virus du MERS et des coronavirus de chauve-souris considérés prépandémiques car capables d’infecter des cellules humaines. In vivo, chez la souris cette molécule a pu prévenir et traiter le SRAS.

Même si on est encore loin de disposer d’un médicament pour l’humain, preuve est faite qu’on peut venir à bout des coronavirus. La recherche se poursuit.

La recherche préclinique ne doit plus favoriser le sexe mâle

RECHERCHE FONDAMENTALE

28 - 06 - 2017

La recherche préclinique ne doit plus favoriser le sexe mâle

Les études précliniques in vitro et in vivo donnent une large priorité au sexe mâle ce qui rend plus difficile leur transposabilité vers les femmes. De grands instituts comme le NIH demandent depuis 2014 que les sexes mâle et femelle soient étudiés de façon équivalente.

Une étude a cherché à en savoir plus et a examiné l’expression selon le sexe de mutations KO (inhibition d’un gène) chez la souris. Sur plus de 2000 mutations examinées, le sexe a une influence dans 10% à 50% des cas selon que la mutation concerne une donnée qualitative ou quantitative.

Il n’y a plus de doute, une bonne recherche préclinique doit étudier les deux sexes.

Une hormone qui augmente la masse musculaire

SANTé

27 - 06 - 2017

Une hormone qui augmente la masse musculaire

La diminution de la masse musculaire s’observe dans le vieillissement, dans les conditions d’immobilisation et dans certaines maladies chroniques comme l’obésité ou le cancer. C’est une situation qui est source de difficultés et d’accidents.

Des chercheurs Inserm/Inra/Université Claude Bernard de Lyon, viennent de découvrir qu’une hormone intestinale baptisée FGF19 est capable :

- d’augmenter la taille des cellules musculaires humaines in vitro

- d’augmenter en 7 jours la masse musculaire chez la souris en diminuant la quantité de tissu adipeux

- d’éviter la perte de masse musculaire chez des souris âgées ou obèses.

Des essais cliniques sont envisagés chez l’humain.

Institut Pasteur : des virus modifiés pour vacciner puis disparaître

RECHERCHE FONDAMENTALE

26 - 06 - 2017

Institut Pasteur : des virus modifiés qui vaccinent puis disparaissent

Qu’ont en commun Chikungunya, Zika, MERS et Ebola ? Ce sont des maladies provoquées par des virus à ARN. Ces virus ont le taux de mutations spontanées le plus important connu, ce qui complique la création de vaccins.

Des chercheurs de l’Institut Pasteur, ont réussi à utiliser cette capacité contre les virus eux-mêmes : ils les ont modifiés pour que les mutations spontanées anéantissent la virulence. Ils ont vacciné des souris contre deux virus à ARN ainsi modifiés, dont le virus de la grippe A : l’injection a vacciné les animaux puis la population virale s’est éteinte d’elle-même.

Ces résultats encore expérimentaux ouvrent la voie à la création d’un nouveau type de vaccins.

 

Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant.