Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Recherche animale. Si vous le souhaitez, vous pouvez visualiser un exemple

Vous êtes ici

Les comités d'éthique et l'autorisation de projet

Les comités d’éthique réalisent l'évaluation de chaque projet de recherche qui utilise un modèle animal. Le code rural et une charte nationale fixent la mission, la structure et le fonctionnement des comités d’éthique. Une évaluation éthique favorable est nécessaire pour obtenir l'autorisation de réaliser le projet. 

 

La mission d'un comité d'éthique est de réaliser l'évaluation éthique qui doit être jointe à la demande d'autorisation de projet.

 

Cette mission est définie avec la structure et le fonctionnement des comités dans les article R214-117 à 121 du code rural et l'arrêté d'application.

 

Les comités sont créés à l'initiative des établissements utilisateurs et agréés par le ministre chargé de la recherche. 

 

Un comité pour être agréé doit :

                               - justifier d'une compétence pluridisciplinaire ;

                               - respecter la charte nationale ;

                               - disposer de moyens suffisants.      

Un comité doit être composé au minimum de cinq personnes de compétences précisées dont un vétérinaire. Ces personnes ne peuvent participer à une délibération à laquelle elles seraient intéressées, sous peine de nullité de la décision.

 

Chaque comité examine les projets du ou des établissements qui lui sont attachés selon les modalités suivantes:

                                - justification du projet (scientifique, réglementaire ou éducative) ;

                                - justification de l'utilisation d'animaux ;

                                - conditions de réalisation du projet.

En particulier la conformité du projet aux exigences légales de remplacement, réduction et amélioration sont vérifiées. La nécessité ou l'intérêt de demander une évaluation rétrospective est examiné. 

 

La liste nationale des comités d'éthique agréés est consultable sur le site du ministère. Au 6 juillet 2013, cent quatorze comités étaient agréés.

En France, les comités d’éthique sont nés il y a près de 30 ans à l’initiative des chercheurs et en l'absence de toute demande réglementaire pour veiller à la mise en œuvre des pratiques éthiques au plus près des animaux.

 

Le Grice (Groupe de réflexion interprofessionnel sur les comités d’éthique appliquée à l’expérimentation animale) est un groupe de travail du Gircor créé en 1991 pour promouvoir le développement des comités d’éthique. Il s'est doté d’une charte en 1993 et a rédigé des recommandations en 2000. Sous son impulsion, de nombreux comités sont nés. 

 

Le Grice a rédigé et publié en 2009 un Guide de l’évaluation éthique des études sur animaux qui décrit dans le détail les principes et les méthodes de l’évaluation éthique. Ce guide a été parrainé par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Le Comité national de réflexion éthique sur l’expérimentation animale en a fait une référence. 

 

Depuis 2013 la réglementation française (R214-117 à 126) demande qu'une évaluation éthique favorable soit incluse dans tout dossier de demande d'autorisation pour un projet d'étude sur animaux. 

 

Les membres du Grice, actuellement présidé par Nicolas Dudoignon chercheur chez Sanofi, poursuivent la mission de promotion des comités d'éthique. Ils animent des formations à l’attention des membres des comités d’éthique et rédigent des documents de référence. Le Grice est aujourd'hui en France le porte-parole des comités d’éthique en recherche animale.

 

La réalisation d'un projet qui inclut l'utilisation d'animaux nécessite une autorisation accordée par le ministre chargé de la recherche (article R214-122 du code rural).

Les modalités de dépôt de la demande sont précisées dans un arrêté d'application.

 

La demande d'autorisation est déposée par le responsable du projet. Elle doit être accompagnée d'un dossier qui comprend :

                                 - la proposition de projet ;

                                 - un résumé non technique ;

                                 - des informations sur :

                                                   - la justification du projet, de l'utilisation d'animaux et des procédures ;

                                                   - l'application de méthodes de réduction, remplacement et amélioration ;

                                                   - l'anesthésie et l'analgésie ;

                                                   - les points limites ;

                                                   - les statistiques ;

                                                   - la réutilisation ;

                                                   - le degré de gravité des procédures (voir Annexe : classification) ;

                                                   - la réutilisation éventuelle d'animaux ;

                                                   - l'absence de répétition de l'étude ;

                                                   - les méthode de mise à mort utilisées ;

                                                   - le personnel et l'agrément de l'établissement.


L'autorisation ne peut être accordée à un projet que s'il a fait l'objet d'une évaluation éthique favorable qui doit être transmise au ministre.

 

L'autorisation est accordée pour une durée maximale de cinq ans. Toute modification substantielle du projet doit faire l'objet d'un nouveau dépôt de dossier.

 

Lire plus : Guide de la Commission européenne sur l'autorisation et l'évaluation des projets.