Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Recherche animale. Si vous le souhaitez, vous pouvez visualiser un exemple

Stimuler la réponse immunitaire anticancéreuse des poumons

SANTé

26 - 08 - 2016

Stimuler la réponse immunitaire anticancéreuse des poumons

Des chercheurs ont découvert chez la souris un mécanisme qui inhibait la réponse immunitaire anticancéreuse des poumons, qui rappelons-le sont un site privilégié des métastases tumorales. Ce sont les protéines PHD présentes dans les cellules immunitaires et activées par l’oxygène, qui seraient en cause. Ces protéines régulent la réponse immunitaire et réduisent la réponse anticancéreuse.

Les chercheurs ont montré chez la souris qu’un médicament appelé DMOG qui bloque l’activité des PHD facilitait l’élimination des métastases cancéreuses. Cette nouvelle approche d’immunothérapie doit être confirmée chez l’homme.

 

La recherche française fait progresser les prothèses rétiniennes

AVANCéES SCIENTIFIQUES

25 - 08 - 2016

La recherche française fait progresser les prothèses rétiniennes

Quatre équipes françaises ont fait progresser les prothèses rétiniennes. Ces prothèses redonnent des perceptions visuelles, telles des taches lumineuses, à des aveugles dont le nerf optique demeure fonctionnel. Mais les images produites manquent de précision. En comparant la réponse du système visuel de rongeurs soumis à des stimuli naturels et à des stimuli produits par la prothèse, les chercheurs ont identifié les facteurs qui limitent cette précision. En conséquence ils ont modifié l’interface prothèse-rétine ce qui a amélioré significativement les performances de la prothèse.

Les prothèses rétiniennes humaines vont très vite profiter de cette découverte.

 

Chez les souris, l’intérêt général prime face à la maladie

RECHERCHE ANIMALE

24 - 08 - 2016

Chez les souris, l’intérêt général prime face à la maladie

En observant des populations de souris, des chercheurs ont remarqué que les individus se soustrayaient de leur groupe social dès qu’ils se sentaient malades. Une expérience de simulation d’une infection a montré qu’il n’y avait pas de rejet de la part du groupe. La souris qui se sent malade se met volontairement en quarantaine. Cette réaction permettrait de limiter fortement la propagation de la maladie y compris  sur la descendance. Une barrière sanitaire supplémentaire au niveau génétique !

Cette attitude de retrait serait probablement efficace dans dans la lutte contre des maladies particulièrement contagieuses comme Ebola ou l’influenza.

 

Le rhume hivernal dû au dromadaire ?

SANTé

23 - 08 - 2016

Le rhume hivernal dû au dromadaire ?

Des chercheurs émettent cette hypothèse après avoir étudié la génétique du virus chez un millier de camélidés et avoir comparé ces résultats à ceux obtenus chez l’homme et la chauve-souris. Les conclusions sont claires : le coronavirus impliqué chez l’homme serait bel et bien un descendant de celui du dromadaire. Si ce virus n’est pas dangereux pour l’homme, le fait qu’il ait été capable, à un moment donné, de sauter la barrière d’espèce et de muter pour assurer sa transmission entre individus peut inquiéter. Car ce virus “commun” est l’un des cinq coronavirus des voies respiratoires, comme… les syndromes respiratoires aigu sévère (Sras) ou du Moyen-Orient (Mers) ! Or, si ces deux maladies infectieuses se transmettent uniquement par contacts directs et rapprochés, nous ne sommes pas à l’abri d’une éventuelle mutation génétique qui affaiblirait encore la barrière de transmission entre les hôtes du virus. Et pour noircir un peu le tableau, le Mers est régulièrement détecté dans les populations de camélidés.

 

Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant.

Les infographies

Infographie : validation des méthodes alternatives

La validation des méthodes alternatives

Quelles sont les étapes à suivre pour valider une nouvelle méthode alternative ? La réponse dans cette infographie.