Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Recherche animale. Si vous le souhaitez, vous pouvez visualiser un exemple

L’évaluation toxicologique du E171

SANTé

23 - 01 - 2017

L’évaluation toxicologique du E171

E171 est le nom de code du dioxyde de titane comme additif alimentaire. Cette substance existe sous différentes formes, dont la forme nanoparticulaire ou ultrafine (particules de 10 à 60 nanomètres). Sous cette forme E171 a été classé cancérigène possible pour l’homme par le centre international de recherche sur le cancer pour le risque lié à l’inhalation.

Une étude menée par l’INRA chez le rat, dans le cadre du projet NANOGUT, vient de montrer que E171 sous cette forme et lorsqu’il était administré par voie orale, était absorbé par l’intestin, perturbait le système immunitaire et promouvait des stades précoces de la cancérogénèse colorectale. C’est une donnée nouvelle pour l’évaluation du risque pour l’homme.

Herpès : un candidat vaccin pour le virus HSV-2

SANTé

20 - 01 - 2017

Herpès : un candidat vaccin pour le virus HSV-2

HSV-1 et HSV-2 sont deux virus responsables des deux formes d’herpès. HSV-2 est sexuellement transmissible et favorise la contamination par HIV. Onze pour cent des 15-49 ans dans le monde en sont infectés, soit plus de 400 millions de personnes. Il n’existe aucun vaccin. 

Un candidat vaccin contre le HSV-2 est apparu très efficace pour prévenir l’infection chez le cobaye et chez le macaque. Il est proposé pour des essais cliniques chez l’humain dans le but de prévenir les infections par ce virus.

Le syndrome de stress post-traumatique chez la femme

SANTé

19 - 01 - 2017

Le syndrome de stress post-traumatique chez la femme

Les femmes sont deux fois plus susceptibles que les hommes de développer un syndrome de stress post-traumatique (SSPT) après une expérience traumatisante. Cette différence apparaîtrait pendant les phases du cycle où les taux d’œstrogènes sont bas.

Des études menées chez la femme et sur modèle souris viennent de montrer que les taux d’œstrogènes influençaient l’expression du gène HDAC4 impliqué dans la formation de la mémoire long-terme et le comportement, ce qui expliquerait la sensibilité des femmes au SSPT. Les recherches se poursuivent pour savoir si les œstrogènes pourraient aider à prévenir les SSPT chez la femme.

L’adaptation des primates au virus HIV-1

RECHERCHE ANIMALE

18 - 01 - 2017

L’adaptation des primates au virus HIV-1

La protéine Schlafen11, présente chez les primates, a une activité anti HIV-1, malheureusement assez faible chez l’humain. Des chercheurs ont démontré in vitro que chez d’autres primates comme les marmousets ou les chimpanzés cet effet anti HIV-1 était beaucoup plus puissant. Or ces espèces proches de l’humain, sont résistantes au SIDA. 

Les études se poursuivent pour comprendre comment les primates non humains résistent au HIV-1 et à d’autres infections virales et quels sont les mécanismes évolutifs qui animent cette compétition entre les virus et leurs espèces hôtes. Cette recherche fondamentale améliore notre compréhension de la sensibilité des espèces aux virus et peut ouvrir sur des avancées médicales.

Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant.