Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Recherche animale. Si vous le souhaitez, vous pouvez visualiser un exemple

Une hypothèse sur les limites de l’efficacité des antidépresseurs, validée chez la souris

SANTé

26 - 09 - 2016

Une hypothèse sur les limites de l’efficacité des antidépresseurs, validée chez la souris

Les antidépresseurs de type SSRI, comme le Prozac, sont inefficaces pour une part importante des patients (30 à 50%). Des chercheurs en neurosciences ont émis l’hypothèse que l’environnement et les circonstances qui accompagnaient le traitement influençaient son efficacité.

Ils ont confirmé cette hypothèse sur un modèle souris de dépression : un environnement stressant diminue fortement, sur ce modèle, l’efficacité du traitement par la fluoxétine, principe actif du Prozac.

Cette étude est importante car elle ouvre une voix d’étude et propose un modèle pour combattre les échecs des traitement antidépresseurs.

 

Les modèles animaux nous révèlent pourquoi on n’a pas encore pu éradiquer la maladie du sommeil

SANTé

23 - 09 - 2016

Les modèles animaux nous révèlent pourquoi on n’a pas encore pu éradiquer la maladie du sommeil

La maladie du sommeil ou trypanosomiase touche chaque année plusieurs milliers de personne et peut être fatale. Cette maladie a été éliminée d’Afrique de l’Ouest à deux reprises… et est revenue. Les chercheurs de plusieurs instituts dont l’Institut Pasteur ont cherché pourquoi. Ils ont découvert que sur un modèle murin (souris) de la maladie, les parasites se réfugiaient en grand nombre dans la peau, échappant ainsi au dépistage qui se fait sur le sang. Ces chercheurs ont ensuite constaté que les parasites présents dans la peau des souris pouvaient contaminer la mouche tsé-tsé qui est le vecteur de la maladie. Enfin, on a vérifié que des trypanosomes étaient présents dans la peau de patients diagnostiqués négatifs. Ces patients sont donc des porteurs sains et constituent des réservoirs du parasite.

Les chercheurs tentent maintenant de mettre au point un test de dépistage qui identifie la présence de trypanosomes dans la peau des patients. Grâce à ces travaux, la maladie du sommeil pourrait dans quelques années n’être plus qu’un mauvais souvenir.

 

Thérapie génique de la DMLA : des avancées chez le macaque

SANTé

22 - 09 - 2016

Thérapie génique de la DMLA : des avancées chez le macaque

La DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) est une maladie de la rétine qui entraine une perte de la vision centrale. Elle touche 10% des 65-75 ans. La thérapie cellulaire qui consisterait ici à implanter des cellules dans la rétine pourrait permettre de stopper la DMLA. Une équipe de chercheurs japonais vient de publier une étude qui marque une avancée dans ce domaine. Ils ont réussi la transplantation de cellules dans la rétine de macaques sans rejet et sans avoir recours à des médicaments antirejet. La greffe a été très bien tolérée pendant les 6 mois qu’a duré l’observation. L’explication tient au fait que les cellules (cellules de la peau modifiées) provenaient d’un macaque donneur qui présentait suffisamment d’homologie génétique avec les receveurs (homozygotie HLA). La bonne tolérance de telles cellules par l’organisme receveur avait été vérifiée in vitro avant l’essai chez le singe.

Cette méthode qui sera testée chez le patient, permettra de disposer de stocks de cellules rétiniennes prêtes à être transplantées.

 

 

Traiter l’anémie

SANTé

21 - 09 - 2016

Traiter l’anémie

L’anémie correspond à un déficit en hémoglobine dans le sang. Elle entraîne de la faiblesse. Dans un certain nombre de cas elle peut être traitée par l’érythropoïétine (EPO), mais environ 150000 patients en Europe résistent à ce traitement. Chez ces personnes le fer est stocké et ne peut pas être utilisé par l’organisme pour produire de l’hémoglobine. La protéine hepcidine est responsable de ce blocage du fer. Un projet européen a donc testé in vitro et in vivo une substance (PRS-080) qui inactive l’hepcidine. Sur des modèles animaux (rat) PRS-080 a permis la libération du fer, son utilisation par l’organisme et a corrigé l’anémie. Une étude de toxicité 28 jours a par ailleurs montré son innocuité. Dans un essai clinique de phase 1, PRS-808 a été bien tolérée et on a observé une diminution d’hepcidine et une augmentation du fer libéré dans le sang.

Cette substance est maintenant testée sur des patients anémiques.

Aucun contenu de page d'accueil n'a été créé pour l'instant.

Les infographies

Infographie : validation des méthodes alternatives

La validation des méthodes alternatives

Quelles sont les étapes à suivre pour valider une nouvelle méthode alternative ? La réponse dans cette infographie.